samedi 25 mars 2017

Les délices de Tokyo

Auteur : Durian Sukegawa
Editeur : Albin Michel
Parution : 3 février 2016
Pages : 239

Résumé :

Pour payer ses dettes, Sentarô vend des gâteaux. Il accepte d'embaucher Tokue experte dans la fabrication de an, galette à base de haricots rouges. Mais la rumeur selon laquelle la vieille femme aurait eu la lèpre étant jeune, met la boutique en péril. Sentarô devra agir pour sauver son commerce.

Mon avis :

J'ai pas mal entendu parler de ce livre, en partie grâce au film, que je n'ai pas encore vu, mais aussi sur Booktube, notamment la vidéo qu'en a faite Lemon June.

Nous faisons la connaissance ici avec Sentarô qui s'occupe d'une petite échoppe vendant des dorayaki, des pâtisseries japonaises à base de pancake et d'une pâte de haricots rouges appelée le an. Il rencontre un beau jour Tokue, une dame âgée aux doigts déformés qui lui demande de l'embaucher. Sentarô finit par accepter et sa nouvelle amie lui apprend que pour confectionner une bonne pâte, il faut écouter la voix des haricots. Peu convaincu, il la laisse toutefois faire et ne peut que constater qu'assez rapidement, la clientèle double. Mais quel secret se cache derrière la malformation des doigts de Tokue ? Et quel est le secret de Sentarô, qui l'a amené à cuisiner alors qu'il souhaitait devenir écrivain ?

J'ai sorti ce livre car j'avais envie d'une lecture "feel good", quelque chose de simple pour m'évader un peu, et au final, je me suis retrouvé devant une histoire plus complexe, mais aussi plus belle que ce à quoi je m'attendais. Je démarrais ma lecture en me disant que ce serait assez classique, avec cet homme aigri qui positivera grâce à sa rencontre avec une grand-mère "magique", arc-en-ciel et compagnie... hé bien, pas vraiment. L'histoire prend un tournant plus profond, auquel je ne m'attendais pas du tout, mais qui m'a touché et m'a ému. Tokue force l'admiration et le respect et son passé, bien que dramatique, ne laissera personne indifférent. Sentarô est également un personnage auquel on s'attache, malgré son caractère d'ours. On comprend assez vite que son attitude est née d'une certaine forme de frustration née de l'échec de son rêve d'être écrivain. Il a mal tourné une fois et il doit se racheter en travaillant dans cette aubette. Nous découvrons aussi une jeune fille du nom de Wakana, qui a aussi sur ses épaules sa charge de problèmes et de regrets. Ils forment tous les trois un trio d'âmes brisées, qui dissimulent leur souffrance en la passant sous silence, mais qui tiennent encore debout grâce à leur force intérieure, chacun à leur façon, leur donnant ainsi un cachet incroyable.

L'écriture est dotée d'une poésie envoûtante qui reflète une forme d'amour, cet amour de la cuisine qui transparait dans la transcription de la préparation du an, et cette poésie se retrouve aussi dans la description du décor, avec ses cerisiers japonais typiques. J'ai été véritablement transporté à chaque page et je pouvais parfaitement me représenter chaque lieu visités. L'auteur parvient aussi à nous faire passer un message sur l'importance de la compassion et de la liberté au travers de ses personnages et de son récit, de façon subtile et, encore une fois, poétique.

Les délices de Tokyo m'a fait l'effet d'un dorayaki, avec une saveur douce et sucrée contenant toutefois sa pincée de sel plus âpre. Une histoire pleine d'espoir et de délicatesse.

jeudi 23 mars 2017

Throwback Thursday Livresque #24 : un pavé de plus de 500 pages


Et voici le Throwback Thursday Livresque du jour, le fameux rendez-vous de BettieRose qui permet de ressortir des livres et d'en faire découvrir ou redécouvrir certains aux autres férus de lecture.

Cette semaine, le thème sera :


Je n'ai pas encore lu beaucoup de livres de plus de 500 pages. J'aurais pu la jouer facile avec un Harry Potter ou un Gardiens des cités perdues, mais je vais (encore) ressortir un de mes gros coups de coeur de 2016, avec Le pacte de Stéphanie Moins.

Vous pouvez trouver ma chronique ici. Sinon, un résumé de ce que j'en ai dit :

Bon, comment dois-je le dire ? Ce livre m'a emporté, m'a fait voyager avec ses héros, mais aussi emporté dans les émotions, qui ont été chamboulées quelques fois au fil de ma lecture. Cette ambiance celtique, mystique mais surtout magique qui plane sur cette aventure m'a séduit, de même que les personnages hauts en couleurs qui pétillent sous nos yeux. Gen et Galaan sont attachants, plus on avance et plus le désir qu'ils se retrouvent se fait intense, et plus on s'y attend, plus ils rencontrent des obstacles sur leur route (sinon ce ne serait pas drôle), qu'ils bravent vaillamment. Mais d'autres personnages brillent également, comme Gauvain et Julie, qui je l'avoue sont vite devenus mes favoris ! Gauvain, avec son attitude "mauvais garçon au coeur d'or" et son langage fleuri. Julie, avec ses talents de cartomancienne, sa franchise et sa vivacité. Il y en a aussi quelques autres, bons et moins bons, dont je ne parlerai pas pour ne pas trop en dévoiler.
Parce que ce bouquin, voyez-vous, il se déguste. Je n'ai pas voulu le lire trop vite, j'ai fait durer le plaisir pour le savourer au mieux, et j'ai bien fait car j'en ressors très satisfait, limite à regretter de ne pas déjà avoir la suite entre mes mains (mais je vais arranger ça !)
La plume de Stéphanie est, comme son histoire, magique. Pas de chichis, elle nous raconte l'essentiel et va directement au but, et elle manie son histoire avec brio. La narration est scindée, avec le plus souvent le point de vue de Gen et celui de Galaan, avec de temps en temps celui d'un autre personnage, assurant une dynamique des plus efficaces. 

C'est véritablement une série qui m'a beaucoup parlé. J'ai d'ailleurs eu la chance de rencontrer l'adorable Stéphanie Moins récemment à la Foire du Livre de Bruxelles et j'en ai profité pour acheter le tome IV, mais je dois lire le III auparavant (ce qui ne saurait tarder)... bref, si vous aimez la belle romance, la Bretagne, la magie, le mythe d'Arthur, foncez !

 

mardi 21 mars 2017

Top Ten Tuesday : 10 séries en cours


Bonjour à tout le monde ! Je vous retrouve aujourd'hui pour un Top Ten Tuesday, qui présentera rapidement dix séries de romans que j'ai commencées mais pas (encore) terminées. Je ne parlerai donc pas de celles que je n'ai pas encore commencées.


Je compte bien entendu les continuer, surtout Les Outrepasseurs, Le Pacte et L'épouvanteur.

Et vous, quelles sont vos séries en cours ?

lundi 20 mars 2017

Autre-Monde, tome 1 : L'alliance des trois

Auteur : Maxime Chattam
Editeur : Albin Michel, Le livre de poche
Parution : 2008 (Albin Michel), 2012 (Le livre de poche)
Pages : 451

Résumé :

Personne ne l'a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l'obscurité et l'effroi. D'étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, à la recherche de leurs proies, qu’ils tuent ou transforment... Après leur passage, Matt et Tobias se retrouvent sur une Terre ravagée, différente. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre... à cet Autre-Monde.

Mon avis :

J'ai acquis ce roman en octobre dernier, j'en avais entendu parler et j'étais curieux. Et puis récemment, il y a eu une petite vague au sein de la communauté livresque qui m'a donné envie de découvrir cette saga. Je ne regrette absolument pas cette décision !

L'histoire est assez simple à résumer : la Terre a été transformée par une Tempête et d'étranges éclairs aux allures de griffes. Deux amis, Matt et Tobias, découvrent ces changements : les adultes ont disparus, vaporisés par ces éclairs et ne laissant que leurs vêtements derrière, sauf certains qui se sont transformés en bêtes à la peau plissée ; la nature reprend ses droits et certaines technologies comme les voitures ont purement et simplement disparu. La plupart des animaux est redevenue sauvage et d'étranges créatures perchées sur des échasses et aux yeux semblables à des phares sont apparues...

Maxime Chattam nous plonge littéralement dans cet étrange univers et nous le fait découvrir à travers le personnage de Matt, aussi dans le flou que les lecteurs. Il nous livre la bonne dose d'information pour que nous puissions nous situer et comprendre ce qu'il se passe sur le moment, mais en même temps il conserve le mystère sur le reste. Et cette recette fonctionne à merveille, car je suis extrêmement curieux d'en savoir plus. L'idée d'un monde où la Terre s'est en quelque sorte révoltée m'intrigue et me semble prometteuse. Et ce qui est aussi fascinant, c'est que l'auteur parvient à glisser dans ce contexte une critique de notre société actuelle mais aussi, quelque part, de la religion, sans que ce ne soit trop évident et sans tomber dans le prechi-precha.

L'écriture est belle et fluide, pas trop descriptive et comme je l'ai dit, entraînante. J'ai vraiment bien aimé les trois personnages principaux. Matt avec son humanité et son hésitation face à une certaine forme de violence, et son ignorance face à ce qui lui arrive qui nous permet une identification facile ; Tobias pour son énergie et Ambre pour sa force et son intelligence. Cette dernière est d'ailleurs ma préférée, et le trio me rappelle ce bon vieux trio Harry - Ron - Hermione.

Ce premier tome m'a convaincu. On passe à quelques millimètres d'un coup de coeur, mais je continuerai la série avec plaisir. Je me suis de toute façon procuré les tomes 2 à 6 au format poche donc je suis paré !

Je vous conseille aussi la vidéo de Nine Gorman et LemonJune, qui fait partie des éléments qui m'ont fortement poussé à lire ce premier tome ^^




vendredi 17 mars 2017

Tag PKJ : Le temps


Coucou les pandas, voici venu le temps du rire et des chants d'un nouveau tag concocté avec soin par nos amis de Pocket Jeunesse et qui portera cette fois-ci sur le temps.

Sans plus tarder, voici les questions et mes réponses !

1) Citer un livre qui se déroule (au moins en grande partie) de nuit.




2) Citer un livre qui se déroule sur un espace-temps assez court (1-3 jours).





3) Citer un livre qui aborde le thème du voyage dans le temps.



(Oui je me devais de mettre au moins un livre Doctor Who dans un tag sur le temps !)

4) Citer une série pour laquelle chaque livre représente une année.




5) Quel est le livre de votre bibliothèque qui a été écrit il y a le plus longtemps?



6) Quel est le livre de votre bibliothèque qui a été écrit le plus récemment?

7) Citer un livre qui présente un élément de temps sur sa couverture.




8) Citer un livre avec des flashbacks.




9) Citer un livre que vous avez lu très vite.



10) Citer un livre que vous avez lu très lentement.



(Pas qu'il ne me plaisait pas hein !)

11) Citer un livre qui se passe dans le passé (par rapport à la date de publication) mais qui n'est pas un livre historique.



12) Citer un livre qui se passe dans le futur.




13) Citer un livre dont le titre présente une notion de temps.



14) Citer un livre (pas une série) dont l'intrigue se déroule sur plusieurs années.



Et vous, qu'avez-vous répondu ?

Merci encore à Pocket Jeunesse pour ce chouette tag !

jeudi 16 mars 2017

Throwback Thursday Livresque #23 : Un livre jamais chroniqué


Bienvenue les pandas, je vous retrouve de nouveau pour le rendez-vous du jeudi initié par BettieRose, le fameux Throwback Thursday Livresque, qui permet de ressortir certains livres et d'en faire découvrir.

Le thème de cette semaine portera sur un livre jamais chroniqué sur le blog.


Bon dans mon cas, c'est assez facile car mon blog est tout jeune (enfin, on approche des deux ans mine de rien) et comme je lis depuis... que je sais lire, j'ai avalé ma dose de bouquins.

J'ai choisi une bande-dessinée (tiens donc) pour cette semaine. Une oeuvre qui m'a chamboulé lors de sa découverte, lorsque j'étais encore un jeune étudiant en art. Une oeuvre qui a d'ailleurs remporté le prix Pulitzer en 1992.

Maus, de Art Spiegelman

 
 Disponible aux éditions Flammarion, en deux tomes ou en une intégrale.

Résumé :

Maus raconte la vie de Vladek Spiegelman, rescapé juif des camps nazis, et de son fils, auteur de bandes dessinées, qui cherche un terrain de réconciliation avec son père, sa terrifiante histoire et l'Histoire. Des portes d'Auschwitz aux trottoirs de New York se déroule en deux temps (les années 30 et les années 70) le récit d'une double survie : celle du père, mais aussi celle du fils, qui se débat pour survivre au survivant. Ici, les Nazis sont des chats et les Juifs des souris.

Comme vous le voyez, ce n'est pas une bande-dessinée très drôle. Art Spiegelman y livre un entretien qu'il a eu avec son père dans les années 70, ce dernier ayant vécu l'arrivée du Nazisme et l'enfer des camps. Les juifs sont représentés en souris et les Nazis en chats pour mieux différencier les "rôles" et cela ajoute, selon moi, une force narrative. Car il ne faut pas se fier à l'aspect innocent du style de dessin : l'auteur nous raconte tout, aussi bien les beaux moments que les actes cruels et barbares, perpétrés durant cette période bien horrible de l'humanité.


Mais Maus raconte en même temps la relation difficile entre Art et son père Vladek, nous contant presque deux histoires mais qui sont liées par un même thème et un même but. Ces deux histoires se complètent et ne manquent pas de nous toucher et de nous émouvoir. Car Maus ne laisse pas indifférent. Je l'ai lu deux fois et j'en suis ressorti à chaque fois bouleversé, et pourtant à chaque lecture je comprenais de nouvelles choses, grâce notamment à ses niveaux de lecture.

Maus fait partie de ces classiques de la bande-dessinée qu'il est conseillé de lire au moins une fois dans sa vie. Un véritable témoignage graphique sur l'une des pires périodes de l'histoire humaine, mais également un récit passionnant sur la vie d'un Juif à l'époque. Et je me rends compte que je ne l'ai pas relu depuis dix ans, il faudrait que je m'y replonge.

mardi 14 mars 2017

The girl at midnight, tome 1 : De plumes et de feu

Autrice : Melissa Grey
Editeur : Pocket Jeunesse
Parution : 18 juin 2015
Pages : 339

Résumé :

Sous les rues de New York couve une guerre ancestrale entre les hommes-oiseaux et les hommes-dragons.

Seule Écho, une jeune orpheline, pourrait y mettre fin. Pour cela elle doit trouver l’oiseau de feu, un artefact que l’on dit chargé d’un immense pouvoir.

Mais elle n’est pas la seule à le convoiter. Caius, l’étrange jeune homme qui accepte de l’aider, pourrait être le plus grand danger qu’elle devra affronter.


Mon avis :

Je me suis enfin décidé à sortir ce livre de ma pile à lire, l'ayant acheté quasiment à sa sortie. De plus, avec un résumé parlant de dragons, il ne pouvait que me plaire... ou pas ?

L'univers proposé par l'autrice se veut original, avec deux peuples anthropomorphes qui vivent cachés des humains : les Avicens, hommes-oiseaux chez qui vit Echo, notre héroïne orpheline. Et les Drakharins, les hommes-dragons ennemis de toujours des Avicens, peuple sur lequel règne le Prince Dragon, dont le trône est convoité par sa propre soeur. Une légende parle d'un Oiseau de feu, un artefact mystique qui attire bien des convoitises, et Echo se retrouvera vite embarquée à sa recherche...

Disons-le tout de suite, je n'ai pas terminé ce livre. J'ai trouvé le rythme inégal, l'action ne commençant vraiment à se montrer qu'au bout de 120 pages, mais surtout je me suis ennuyé. L'héroïne est plate, assez clichée et je ne m'y suis pas attaché une seconde. La plupart du temps, quand le personnage principal ne m'intéresse pas, je trouve toujours au moins un personnage de son entourage auquel m'intéresser, mais là rien. Et j'avoue que j'étais un peu perdu face aux différents protagonistes présents, n'arrêtant pas de confondre par exemple les personnages de Caius et Dorian du peuple dragon, et l'autrice n'aide pas vraiment à la compréhension, me donnant une impression de gros fouillis...

Je suis en général bon public et j'avais vraiment envie de découvrir cet univers, d'autant que j'avais déjà acheté la suite. Je ne sais pas si c'était une histoire de moment mal choisi pour le lire, ou si je suis simplement passé à coté, mais en tout cas, ce livre m'a laissé de marbre.