jeudi 17 décembre 2015

L'épouvanteur, tome 4 : le combat de l'épouvanteur


Auteur : Joseph Delaney
Editeur : Bayard jeunesse
Parution : 2008
Pages : 406
EAN-13  : 9782747025737

Synopsis :

Les sorcières de Pendle deviennent de plus en plus malfaisantes. Le plus inquiétant, c'est que les trois clans - les Deane, les Malkin et les Mouldheel - préparent une alliance. Ensemble, ils seraient capables d'invoquer le Diable en personne ! Tom et son maître vont se rendre là-bas pour éviter le pire. Mais avant, Tom Ward doit passer chez lui pour récupérer les malles que sa mère lui a laissées en héritage. Or, une fois sur place, il découvre que la ferme a été ravagée, la grange brûlée.

Mon avis :

Si vous suivez ce blog depuis le début, vous savez sans doute que j'aime beaucoup cette série. Me voilà arrivé au quatrième opus et mon impression est toujours la même, c'est du tout bon.

Cependant, je ne lui mettrai pas un coup de coeur cette fois-ci, car bien que l'intrigue reste agréable à suivre et très intéressante, j'ai trouvé qu'il manquait un petit quelque chose dans ce volume. Ou peut-être cette impression de longueurs par-ci, par-là, qui m'ont un peu sorti du livre.
Mais j'ai quand même bien aimé le fait d'en apprendre encore sur les différents clans de sorcières, sur leur passif et je suis curieux de lire la suite. La situation évolue beaucoup et cette histoire de libération du Diable laisse présager de sombres jours pour Tom et l'Epouvanteur...
Un autre point que j'ai bien aimé, c'est la présence de la mère de Tom, bien qu'elle soit absente de l'aventure. Je ne vais pas vous spoiler, mais on découvre petit à petit son passé, et certaines de ses actions prennent un nouveau sens quand on y réfléchit.
Et je me répète peut-être, mais j'adore le personnage d'Alice !

Bref, une critique un peu courte, j'ai même hésité à la faire, mais je n'ai pas grand chose à dire. Cette série reste l'une de mes préférées et malgré les quelques défauts de ce tome, il fut très agréable à lire, assez sombre, et on sent que la série gagne en maturité.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire