mercredi 17 février 2016

La fille de l'hiver

Auteur : Eowyn Ivey
Editeur : 10-18
Parution : 2013
Pages : 448
EAN-13  : 9782264060983


Le synopsis :


Alaska, 1920. Pour Mabel et Jack, venir s’installer dans ces contrées sauvages représentait à la fois un nouveau départ et leur dernière chance. Depuis la mort de leur bébé des années auparavant, leur douleur les avait isolés des autres et avait entamé petit à petit leur amour. Mais créer un foyer au milieu de cette immensité n’est pas simple, et tandis que Jack s’échine toute la journée aux champs, Mabel dépérit de solitude et de chagrin. Et puis, dans un moment d’insouciance, aux premiers jours de l’hiver, le couple sculpte une petite fille de neige. Le lendemain, ils la retrouvent fondue, les moufles et l’écharpe que Mabel lui avait enfilées, et de petites empreintes de pas partent en direction de la forêt. A compter de ce jour, Mabel et Jack surprennent de temps en temps une petite fille près de leur cabane. Qui est-elle ? Que fait-elle dans la forêt avec son renard roux aussi farouche qu’elle ? Hallucination ? Miracle ? Et si cette fillette était la clé d’un miracle qu’ils n’attendaient plus ?

Mon avis :

J'ai vu passer la couverture de ce livre sur Twitter assez récemment, et je me suis (encore) laissé tenter, d'autant que Margaud l'a recommandé ! Que demander de plus ?

Pour son premier roman, l'auteur nous offre une histoire magique, un récit fantastique qui m'a littéralement transporté dans ce petit coin d'Alaska, dans cette neige, cette cabane en bois avec ce petit coté cocon chaud, aux cotés de Mabel et de Jack.

En parlant d'eux, je les ai trouvés très attachants, surtout Mabel. Depuis la mort de son bébé une dizaine d'années auparavant, elle s'était laissé aller dans une forme de mélancolie mélangé à un train-train quotidien sans saveur. C'est lors d'une soirée où elle joue avec son mari dans la neige qu'elle se révèle plus joyeuse, et c'est d'ailleurs ce soir-là que le couple sculpte une petite fille en neige. Le lendemain, leur oeuvre a fondu mais d'étranges empreintes de pas ont fait leur apparition. Peu après, une fillette, vêtue des habits qu'ils avaient utilisé sur leur sculpture, fait son apparition et va changer leur vie à tout jamais.

L'auteur s'amuse à jouer avec la question "cette fillette existe-t-elle réellement ?", et je me suis laissé prendre au jeu. En effet, durant toute une partie de l'aventure, seule Mabel accepte ces "apparitions", son mari n'en parlant pas lorsque le sujet vient sur la table avec leurs voisins. Je me suis posé plein de questions, j'ai imaginé plusieurs solutions et aucune n'était la bonne.

Le personnage de Faïna, la fillette, est intriguant, entouré d'une aura de mystère, de magie, mais aussi de questions. Son histoire se révèle peu à peu, ses apparitions apportent toujours le sourire. Elle nous tient en haleine jusqu'à la toute fin, que je ne spoilerai pas, bien entendu.

Ce livre est une merveille, un petit bijou qui étincelle de plus en plus au fil de la lecture. Il y a quelques rares longueurs au milieu, mais l'ensemble est tellement beau, tellement chaleureux malgré ce climat froid, qu'on n'y fait pas trop attention et on se laisse aspirer dans cette histoire. C'est ce genre d'ouvrage qui me conforte dans mon amour de la lecture.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire